dimanche 6 juin 2021

Pour saluer Matthieu Messagier

" j'écoute les bruits du Monde

les plus beaux

le plus laids


et je regarde mon Boulou dormir

sur la couverture de Mamine

et tous ces jours que je déplie

pour lui

qui est d'avant ces bruits

et qui m'apprend à le devenir."


                              Matthieu Messagier, Les Chants Tenses, Flammarion, 1996

Matthieu Messagier est décédé le 1er juin à l'hôpital de Trévenans (Territoire de Belfort). C'est avec lui que débuta l'aventure Wigwam. Il répondit à ma demande de texte en m'expédiant Le Soliflore désordonné, premier titre de la collection. J'appréciais tout autant l'homme que le poète, né en juillet 1949 à Colombier-Fontaine dans le Doubs. C'est là, tout à côté, sur la commune de Lougres, qu'il était revenu vivre après avoir quitté Paris où il avait créé Electric Press avec Michel Bulteau.

Je ne suis pas prêt d'oublier la journée passée chez lui, en son pays de Trêlles, avec Louis Ucciani (revue Luvah) et Philippe Marchal (revue Travers), journée qui se termina par une visite au moulin pour saluer ses parents, le peintre Jean Messagier qui s'embarquait le lendemain pour un vernissage à Bruxelles et l'artiste céramiste Marcelle Bauman qui, écouteurs sur les oreilles, vibrait aux sons d'un groupe punk originaire de New-York. Le chien Boulou était là, qui ouvrait la route au fauteuil électrique de Matthieu (souffrant depuis longtemps de cette myopathie évolutive qui a fini par l'emporter) qui descendait la pente humide à l'abri sous un grand parapluie. Derrière nous, un jars, particulièrement remonté contre les animateurs de revues, criait et cherchait à nous pincer les mollets.

 Tristesse et souvenirs se mêlent aujourd'hui pour évoquer un poète qui aura mener sa barque de belle manière. Il naviguait contre les vents contraires et s'adonnait pleinement à l'écriture, sans relâche, et depuis l'enfance. Sa bibliographie est impressionnante. Elle débuta avec Le Manifeste électrique aux paupières de jupe, livre collectif (Le Soleil Noir, 1971) où l'on découvrait à ses côtés Zéno Bianu, Michel Bulteau, Jean-Jacques Faussot, Jacques Perry et quelques autres, dont Jean-Pierre Cretin, avec qui il rédigea, chapitre après chapitre, en marchant, il y a plus de cinquante ans, dans les rues de Paris, One Kiss, un texte initialement destiné à la série noire de Marcel Duhamel et qui se transforma tout naturellement, porté par l'imagination débordante des deux rédacteurs, en « roman policier poétique ». Le livre vient tout juste de paraître aux éditions Médiapop


 "L'heure de mille ans

L'heure d'une seconde,

Pareil.

Il faut la rendre."

 

Le site dédié à Matthieu Messagier se trouve ici.

Photo : Matthieu Messagier et son chien Boulou.

 

 

 

 

mercredi 2 juin 2021

Offshore

Aude, la femme qui s’exprime ici, est kiné le jour et guérisseuse (nganga) la nuit. Elle doit son initiation à Mousango, nganga camerounais installé à Lagos. C’est lui qui s’était auparavant occupé, sans succès, de Ralph, l’homme qu’elle aimait et qui a été assassiné dans le Delta du Niger par des pirates « blindés contre la morsure des balles » et dopés à l’acide de batterie et à l’ogogono coupé de méthanol. Des attaquants féroces qui ne laissèrent aucune chance à l’aventurier dont le métier était de sonder les réserves de pétrole des fonds marins.

« Offshore, il était chez lui. Cerné de flots inconnus et mouvants, pillant des richesses longuement accumulées et aussi bien conservées que les reliquaires d’or des monastères de l’Occident, il était baigné dans une civilisation parallèle dont la mer était le vrai centre et les terres la périphérie. »

Dotée de ses nouveaux pouvoirs, qui lui font deviner l’envers des choses et qui l’aident à entrevoir Ralph au gré de ses visions nocturnes, elle entreprend une sorte de parcours initiatique en suivant les traces laissées par l’absent. Elle le retrouve en différents endroits du monde. D’abord en Islande, où la figure de celui qui était un lecteur assidu des sagas locales se confond parfois avec celle d’un poète qui a vécu sur l’île dix siècles plus tôt. Ensuite, chez lui, au Havre où son balcon offrait une vue imparable sur le front de mer, le port et les oléoducs. Et, enfin, au Nigeria où eut lieu son ultime mission.

« Ralph s’éloigna plus encore vers la périphérie de la vie ordinaire en rejoignant Port Harcourt, sa liberté et ses dangers, aux avant-postes de la recherche de nouveaux gisements. C’était une ville que désertaient les derniers blancs, une ville où couvait et explosait la violence, une dystopie inquiétante dans l’écrin labyrinthique et vénéneux de son fleuve qui recouvre l’or noir du Delta ».

C’est dans ces contrées dangereuses, où les réservoirs de pétrole attisent les convoitises et les luttes pour rester – ou devenir – maîtres du territoire, qu’il échoue, en première ligne face à des pirates escortés par une ribambelle d’esprits, « chassés de l’eau et des forêts par les fuites de pétrole et les flammes des torchères ».

Son séjour chez Mousango, à Lagos, a radicalement changé le regard de la narratrice. Elle a découvert un autre monde, un univers parallèle aux savoirs occultes où fétiches et rituels sont de précieux alliés et au sein duquel les disparus peuvent donner de leurs nouvelles. Cela lui permet désormais de réparer bien plus que des corps. Son initiation lui a également permis de guérir.

« J’étais très malade. J’avais du pétrole dans le ventre. Il fallait me traiter. On a enterré mon fétiche dans la forêt. J’ai avalé de l’eboga et j’ai vomi le pétrole. J’ai fait de longs voyages dans l’Afrique primordiale et dans l’Islande du temps de la colonisation viking. J’ai avalé un plat rituel qui a fait dans mon ventre un beau marigot sans souillure de pétrole. J’ai gobé tout rond un alevin de silure. »

Céline Servais-Picord invite le lecteur à la suivre dans un périple haletant. Elle saute allègrement les frontières et les époques. La fluidité de son écriture (qui l’est d’autant plus qu’elle n’hésite pas à s’affranchir des virgules lorsqu’il y a de longues énumérations), sa connaissance des différents sujets (cela va des puits offshore aux sagas islandaises en passant par le savoir-faire ancestral des guérisseurs africains) et la construction souple (en chapitres brefs et toniques) de son roman font d’Offshore un livre étonnant et passionnant.

Céline Servais-Picord : Offshore, Le Nouvel Attila.